Excape fuyez donc !

Publié le par Heuhh

Juste après Wazabi, encore un jeu light pour apéro, Excape (2009) est prévu pour 3 à 6 joueurs pour une vingtaine de minutes, il est édité par Filosofia une bonne maison d’édition qui fait principalement de la traduction.

Ce dernier est d’ailleurs encore mieux que Wasabi dans le sens où il n’y a pas de cartes à triturer avec des doigts tout gras. En effet, chaque joueur à 2 dés numérotés de 1 à 3, 4, 7et X, et 1 à 3, 5, 6 et X. Le but du jeu est d’arriver en premier à 21 points.

Pour cela les joueurs à tour de rôle vont jeter leurs dés autant de fois qu’ils veulent et peuvent. Le résultat se lit de la manière suivante : le plus gros dé indique les dizaines et le plus petit les unités. Ils doivent forcément s’arrêter s’ils font au moins une croix (sauf au premier jet). Cela les fait reculer de des ou deux cases (suivant le nombre de croix). Dés qu’ils font un chiffre qui leur plait ils peuvent le poser sur l’échelle de paris (qui va de 0 à 5), chaque case ne pouvant être occupée que par un joueur.

Lorsque l’on pose ses dés, on vérifie si les dés placés au dessus ne sont pas plus petits, dans ce cas là ils retournent à leur propriétaire. Si lorsque le tour du joueur revient les dés sont sur l’échelle, il gagne la hauteur en points de victoire.

Lors de tout double 1, 2 ou 3, le joueur avance du chiffre. Une croix sur un premier jet vaut 0, une double croix sur un premier jet vaut 100 et tout les dés sont rendus aux propriétaires, même ceux qui seraient en dessous au niveau de l’échelle.

Le jeu est simple, court, interactif avec la possibilité de faire des vieux coups à ses adversaires en ne misant que 1 mais en virant le vil 52 qui s’était mis en 2. On rigole bien autour de la table c’est le principal.

Points forts :

-          Matériel résistant à l’apéro

-          Simple et efficace dans son genre

-          On s’amuse bien

Points faibles :

-          Ca reste un jeu de dés

Bon jeu à tous !

Publié dans JDP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article