Anthéas l'Archipel des Cimes

Publié le par Heuhh

Bonjour ! Aujourd’hui je me lance dans une exposition d’Anthéas l’Archipel des Cimes aux éditions Icare, l’auteur est Denis Pouchain aka Denix, qui en est à son premier JDR édité.

L’archipel des cimes est l’histoire d’un monde parallèle au notre, qui à l’époque médiévale voit apparaitre des brumes étranges qui ont tendances à corrompre ou tuer qui les respire. Devant la prolifération de celles-ci, les hommes ont du s’exiler sur les plus hauts sommets et y construire de hautes forteresses. La brume étant en plus peuplée de créatures animales hostiles aux hommes : Les Stryxx. Les hommes ont été guidés par Ragnar, un homme qui avait des pouvoirs surnaturels et qui leur a sauvé la mise grâce à ceux ci. Voilà 200 ans que les hommes ont quitté les vallées et depuis une réelle vie s’est organisé avec l’apparition de castes et de guildes. Notamment les Ragnaryms qui sont des humains ayant des pouvoirs paranormaux (maitrise des vents, voyance, façonnage, soin…). Le moyen de transport est maintenant la nef, propulsée par des hélices alimentées en hypermédhone.

Voilà une courte présentation, dans laquelle on voit déjà beaucoup d’infos, l’imagination de l’auteur étant très fertile.

Money money

Commençons maintenant par ce qui fâche, le prix. En effet pour 40 euros vous aurez droit à un mini livret de 192 pages au format Royal et à la couverture rigide. Aouch ! Je ne vais pas les excuser, mais bon, c’est le prix à payer pour la micro édition. En comparaison, Aube de Sang fait 128 pages pour 23 euros couverture souple. Le ratio revient à 34.5, bon sachant que c’est un livre de base + couverture rigide, on reste dans les prix des petits éditeurs. Bref, il n’y a pas à épiloguer là-dessus, mais soyez conscient que dans le prix, vous faites aussi une démarche de soutiens.

Into the book

Le livre fait donc 192 pages, 124 sont pour la description historique, géographique et sociologique du monde, une petite soixantaine de pages sont pour les règles, la création de personnages et quelque infos en plus. Et enfin, on a droit à 10 pages de scénario.

Niveau illustration, on est gâté l’ensemble de l’ouvrage en fourmille. Alors la qualité est inégale (amha) mais la plupart sont plus que correctes notamment les cités ainsi que tout ce qui touche aux nefs (ya qu’à voir la couverture), c’est style crayonné en noir et blanc. Le texte quand à lui est soigné, la lecture est d’autant plus agréable qu’on lit en fait un livre écrit par un Docte Mestre d’Anthéas (enfin pour la première partie bien sûr).

Ainsi fond fond fond…

Parlons maintenant du fond, là quand même on sent qu’il y a eu un gros travail sur l’histoire du monde, en commençant même par la création du monde. L’auteur nous submerge de noms exotiques et de nouveau concept. Vous ne trouverez que très peu et à la fois beaucoup de points communs avec la Terre, on se sent vraiment sur un monde cousin du notre avec des cultures vraiment différentes. L’auteur est même allé jusqu’à bâtir un système calendaire, il a ainsi créé des mois, des jours, des heures… différents des nôtres. Je ne parle même pas de la monnaie et des unités de mesures. En lisant tout cela on ressent un sentiment de cohérence, et heureusement vu tout ce que l’auteur crée et nous présente (même l’astronomie).

Alors certes l’histoire du monde est bien détaillée, mais finalement l’univers actuel, l’est un peu moins, je veux parler des différentes cités. J’aurais bien aimé avoir plusieurs pages sur la plus importante : Salvepic par exemple. Là c’est vraiment un point « faible » du livre. Par contre, les rouages politiques, économiques et sociaux sont eux bien abordé.

Les rouages

Le système de règles est très basique, pour réussir une action on regarde son score de caractéristique + bonus de compétence + difficulté et avec un dé 20 il suffit de faire moins. Là où est l’originalité c’est la construction de son score de caractéristique qui dépend d’un des quatre moyens et d’une des 3 composantes (un tableau croisé permet de faire les sommes et donc d’obtenir les caractéristiques).

A part cela, rien de révolutionnaire, on a droit à des règles succinctes sur la néfligation (pilotage des nefs) afin de pouvoir faire des combats navals (alors c’est sûr ça ne vaut pas Pavillon Noir, mais ce n’est pas ce que l’on demande).

Newbie

Le scénario quand à lui est succinct, parfait pour un scénar d’initiation, il propose un combat naval ainsi que des phases d’enquêtes et d’actions avec même un rebondissement. De quoi combler les joueurs débutants, même si c’est du classique. Il est de plus un bon moyen de lancer une longue campagne.

Michelin ou Goodyear ?

Au final, que dire… Ben là ce n’est pas évident de se faire une idée. Anthéas en proposent beaucoup, permet de grandes libertés en terme de style de jeu, un peu à la manière de Polaris on peut faire de l’action, de la politique, de l’enquête, de l’exploration, du mystique… Bref le jeu ouvre de nombreuses portes, même si une quête principale semble pouvoir tenir lieu de fil rouge.

Le setting permet donc à lui tout seul de donner pas mal d’idée pour se lancer dans une quête plus ou moins longue qui pourrait avoir des conséquences très très importantes sur la survit humaine. On pourrait même imaginer un retournement de veste des joueurs et une extermination des humains, why not.

Donc si vous n’êtes pas freiné par le prix, que n’avez pas peur de travailler un peu en tant que MJ et que l’idée post-apocalyptique présentée vous intéresse, foncez donc !

Goodies

Vous trouverez sur le site d'Anthéas de nombreux goodies, comme une carte des cités, un générateur de perso, une aide jeu pour les joueurs...

Bon jeu à tous !
Photos récupérées sur Discutons de nos parties de jeux de rôle.

Publié dans JDR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article