Antiquity le jeu de plateau

Publié le par Heuhh

Attention messieurs dames voici du lourd !!!


Ceci est la crème de la crème… Le top of the notch du jeu de plateau… Un bijou de mécanisme dans un corps un peu brut.


Antiquity (2004) est édité par Splotter éditeur néerlandais de renom, qui a fait entre autre, Roads and Boats (1999) excellent jeu de logistique, Bus (1999) où le but est de transporter des passagers vers leur travail-maison-loisir, Indonésia (2005) jeu où les entreprises fusionnent et dernièrement Duck Dealer (2008) dont je n'ai pas encore trop de retour. Splotter fait parti de ces éditeurs qui lorsqu'ils sortent un jeu, il est attendu comme le messie, ce fut le cas de leur dernier en date Duck dealer qui lors de sa prévente au grand salon d'Essen c'est vendu en moins d'une heure. Il faut dire qu'Antiquity avait été rapidement en rupture, et il y a eu une 2ème édition, où seule la boite à changé (d'ailleurs la première édition est bien plus jolie ;)).


Alors Antiquity est un jeu de 2-3h pour 2 à 4 joueurs. Déjà quel que sera la configuration de votre partie ce jeu sera excellent, le plateau étant modulable il s'adapte au nombre de joueur et en plus diversifiera vos parties. Il se présente dans une très grande boite et contient quasiment 900 pièces en carton minuscules, il existe un plateau puzzle central avec du rabe pour la diversité et des plateaux joueurs avec l’emplacement d’une ville et toutes les aides de jeu nécessaires.



But du jeu :
Réaliser l'objectif lié à son Saint. Sachant que le choix du Saint ne se fera qu'à la construction de son l'église. Pour cela les joueurs développeront des villes en y construisant divers bâtiments (plus d’une vingtaine différents) et récolteront pas moins de 10 types de ressources différentes (bois, or, poisson, mouton…) qui leur permettront d’agrandir leur cité et de nourrir leur travailleur.


Alors comment que ça se passe… ben c’est très simple, on enchaine des tours de 10 phases chacun jusqu’à ce que quelqu’un gagne. Certes ce nombre peut faire un peu peur, mais ça s’enchaine très bien et avec une certaine logique, de plus chaque tour se fait simultanément par tous les joueurs ce qui accélère la partie.


1/ All rise : les travailleurs de la cité redeviennent disponibles (pas ceux des champs).

2/ City Building : A cette phase on envoie les travailleurs en ville pour activer les bâtiments c’est aussi à ce moment là que l’on construit de nouveaux bâtiment, dont une église. A cet instant, ils devront immédiatement choisir un Saint qui leur donnera un avantage et une condition de victoire (il existe 5 Saints dans le jeu).

3/ Order of play : A cette phase on réajuste l’ordre du tour qui dépend de où sont placés les travailleurs. Car à tout moment un joueur peut demander à ce qu’une phase se fasse dans l’ordre du tour (en cas de conflit avec un autre joueur).

4/ Countryside Building : C’est à cette phase que l’on construit tout les bâtiments ruraux (dans les limites de la zone de contrôle de la ville), comme les auberges (qui permettent d’étendre sa zone de contrôle), les scieries qui rapporteront du bois mais en contrepartie raseront les forêts, les bergeries pour élever des moutons, les « pêcheries » pour ramasser du poisson, … Pour cela il suffira d’avoir placé en phase 1 un travailleur sur un atelier d’artisan (bâtiment de la ville).

5/ Store Goods : les joueurs vérifient qu’ils peuvent stocker la nourriture (mouton, céréale, poisson…) qu’il leur reste en ville, le surplus étant jeté car périmé.

6/ Harvest : Tout les travailleurs ruraux ramassent 1 ressource et à la place on met un jeton pollution qui empêche toute recultivation (sauf pour le bois, la case devenant déboisée).

7/ Explore : Les travailleurs qui en phase 1 étaient dans le bâtiment d’exploration, peuvent explorer les zones de contrôle pour trouver des ressources (vital au début du jeu car on a très peu de ressources).

8/ Famine : Il existe un niveau de Famine qui augment ou diminue au fil du jeu. Durant cette phase les joueurs doivent posséder autant de nourriture que le niveau, sinon ils obtiennent autant de tombes que la différence. Les tombes bloquant simplement les sites de construction en ville (et si tout est construit, ben on met des tombes par-dessus ce qui rend inopérant le bâtiment).

9/ Pollution : Chaque joueur doit polluer la campagne sous sont contrôle en fonction du nombre de villes qu’il possède. Bien sûr à cette phase c’est mieux d’aller polluer chez le voisin.

10/ Check Victory : On vérifie si un joueur n’a pas rempli les conditions de victoire de son Saint. Exemple, San Nicolo gagne lorsque le joueur a 20 travailleurs.


Le jeu bien sûr est très modulable grâce déjà au plateau, de plus le nombre de bâtiment différent permet d’élaborer de nombreuses stratégies, les bâtiments modifiant les règles précédemment cités. Exemple, une écurie augmente la zone de contrôle, le port pareil mais seulement par les zones d’eau, le grenier diminue la famine, la décharge limite la pollution et protège de la pollution…


Bref ce jeu est très profond, sur les plateaux des joueurs toutes les règles sont condensées clairement ce qui permet de ne pas être perdu pendant la partie.


La qualité du matériel laissera certains joueurs sceptiques (je conseille d’ailleurs d’utiliser des pions en bois visibles à la place des pions cartons pour les auberges). De plus la boite est surdimensionnée pour le jeu. Et pour finir il est cher.

Malgré tout ça, qu’est ce qu’il est plaisant !!!


Points positifs :

-          Rejouabilité à l’infini

-          Plaisir du jeu

-          Mécanismes intuitifs

-          Jeu équilibré malgré 5 conditions de victoires différentes

-          On vit une vraie aventure en faisant évoluer la ville


Points négatifs :

-          Prix -> 80 euros et plus

-          Le matos un peu cheap

-          La lourdeur de certaines manipulations (je n’en ai pas parlé car ce n’est pas trop gênant).

Publié dans JDP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article