Compte Rendu d'une partie par mail de Mon Meilleur Ennemi (2)

Publié le par Heuhh

Voici la suite de Mon Meilleur Ennemi joué par mail. Episode précédent : Compte Rendu d'une partie par mail de Mon Meilleur Ennemi



Meneur :

Le soir venu.

****************************************************
 
Nicolas Lanvin :

D'un pas précipité par l'impatience, je passe la porte de bois de l'Abbaye des cinq pierres. Les maigres renseignements obtenus n'ont fait qu'aiguiser ma soif de traque. Alors que je me dirige vers la table où m'attendent mes comparses, je songe aux dossiers :
*Ils doivent être bien ficelés pour que la culpabilité de Christophe Blackzwick n'ait pas laissé de doutes aux juges. J'espère que je pourrais en tirer quelque chose.*

Mon excitation se heurte en surface au marbre de mon visage inflexible et c'est avec un flegme superficiel que j'annonce à l'assemblée que je viens de rejoindre :
"J'ai retrouvé la trace d'Aimé Dentin. J'essaierai de l'aborder ce soir-même après notre entrevue. Qu'avez vous trouvé de votre côté ?"

http://lesecuriesdaugias.free.fr/site-ecuries/spip.php?action=dw2_out&id=36****************************************************
 Gaston Nouvet :

Je suis heureux de savoir que Nicolas Lanvin va rencontrer Aimé Dentin, nous devrions réussir à lui sauver la vie.
J'enchaine sur les propos de M. Lanvin en donnant les informations que j'ai recueillie dans la journée.

"Je suis passé à mon journal pour recueillir le maximum d'information, voici donc les coupures de presse des articles parus dans mon journal, le cri de l'ouvrier".
<articles>

"J'ai discuté avec l'auteur de ces articles, il est apparu une chose vraiment troublante.  "L'Alerte", un journal d'extrême droite, a été le premier journal à couvrir les évènements liés au buveur d'âmes avec des détails assez précis qui ont été ensuite repris par mon journal.
Mon sentiment est le suivant, au sein du journal l'Alerte, il y a des personnes qui en savent plus qu'on ne le croit. L'Alerte est un journal pro-Clergé explorant les frontières du royalisme et de l’antisémitisme. De nombreux articles critiquent le principe de démocratie et dénoncent l’imposture socialo/anarcho/judaïque. La ligne éditoriale prône le contrôle des classes dangereuses par une élite chrétienne bourgeoise et/ou noble. Je me demande si le milieu de l'extrême droite ne serait pas derrière ses assassinats."

Je regarde alors Mlle Sauvignet et M Cassetani.
"Votre père et votre épouse avaient-ils des positions politiques, syndicales ou philosophique ?"
"Je pense que vous devriez aller au journal l'Alerte pour demander à voir le journaliste qui a couvert les faits. Il en sait trop pour un simple journaliste."
"Et vous, qu'avez-vous trouvé de votre coté ?"

****************************************************
 Euphrasie Sauvignet :

*Ce journaliste a des idées, c’est parfait, ça nous donnera au moins une première piste à étudier*
« Bien, ne traînons pas, monsieur Lanvin, je crois qu’il est vraiment urgent de rencontrer cette personne, soyons brefs. Voici ce que j’ai pu obtenir, malheureusement ces éléments sont assez minces.
Quant à vous Monsieur Nouvet, ne pensez vous pas que les éléments contenus dans le dossier de la police puissent expliquer les détails donnés par le journaliste ? Toutefois je pense que votre idée peut être une première piste.
Encore une fois, concernant mon père, je ne lui vois pas d’ennemis possibles. C’était quelqu’un de très croyant.»

****************************************************
 
Marc Cassetani :

Avoir la possibilité de punir moi même le meurtrier m'ayant redonné des forces, la journée ne fut pas chômé. La soirée approchant, je me dirige vers le quartier de la Roquette d'un pas détermine. Reconnaissant la bâtisse verte, je continu et passe devant une foule heureuse par ivresse. Elle détonne en comparaison de mon visage austère. Je franchis la porte et reconnais M Nouvet et Mlle Sauvignet. Les salutations d'usages effectuées, mon absinthe commandé Mr Lanvin nous rejoints. J'écoute attentivement les découvertes de mes compagnons.
A mon tour je prends la parole:
" Pour ma part Mr Nouvet je ne vois pas non plus ce que ma femme ait pour faire pour qu'un journal d'extrême droite s'en prenne a elle" Je finis mon deuxième verre.
" Il y a vraiment des faits étranges j'ai pu accéder au même documents que Mlle Sauvignet. Malgré toute la peine que cela a pu me procuré j'ai lu le rapport d'autopsie" je temporise un peu et regarde un peu dans le vide. Je regarde autour de la table pour éviter toutes oreilles curieuses.
"  Je pense que le meurtre a été commis par un assassin professionnelle non pas l'acte d'un fou comme relayé par la presse. Ma femme avait l'habitude de rentrer tard et les fous elles savaient les repérer ma Gina.  Quand aux rapports de police il est bâclé, voir même intentionnellement faussé. Le polack a été accusé seulement parce que ses propos était incompréhensible, et le déguisement trouvé miraculeusement chez lui sans aucune raison sérieuse de fouiller chez lui. Deux policiers ont réalisés cette enquête dont un interprété peu efficace et j'ai l'impression qu'ils ont eu comme consigne de couvrir le véritable assassin ou commanditaire. Mr Lanvin je suis sûr que vous pensez comme moi. Cela explique votre présence ici, il nous faut passer par des méthodes hors de tout contrôle officiels si on ne veut pas éveiller les soupçons.  Je pense que la découverte de Mr Dentin sera une clé maitresse et nous pourrions piéger cet assassin. En attendant on peut retrouver cet interprète pour avoir une autre piste mais il faudra la jouer fine."
Je les regardes pour voir leurs réactions. 
"Excusez moi Mlle Sauvignet mais cette affaire me parait bien dangereuse, peut être pourriez vous trouver refuge le temps que nous réglions ceci."  


****************************************************

Euphrasie Sauvignet :

La dernière remarque de Monsieur Cassetani me fait sourire.
* Ce Corse, en plus de détester les étrangers, semble considérer les femmes comme inférieures, je ne vais pas me laisser mettre à l’écart aussi facilement !*
Tout en conservant mon sourire, je m’adresse à lui : « Monsieur Cassetani, votre prévoyance me touche, mais je ne compte pas rester en retrait. » Puis me tournant vers Lanvin, j’ajoute :
« Monsieur Lanvin, je serai très intéressée de rencontrer Monsieur Dentin, pourrais je vous accompagner ? Si nous faisons vite, nous pouvons lui sauver la vie ce soir.»
Puis pour le corse et le journaliste : « Messieurs, pensez vous pouvoir rencontrer ce journaliste ce soir ? Ainsi nous pourrions nous donner rendez vous demain matin pour partager nos informations et envisager de rencontrer l’interprète ? Ou bien l’un de vous va voir le journaliste, et le second l’interprète ? »


****************************************************
 
Nicolas Lanvin :

"Sauf votre respect mademoiselle, il me semble être de mon devoir de vous dissuader de m'accompagner. Malgré tous les indices récoltés, nous ne connaissons rien des intentions du meurtrier. Celui-ci pourrait très bien frapper ce soir même contre Aimé Dentin et il pourrait être dangereux de se trouver dans les parages ; auquel cas je ne puis garantir votre sécurité".
En débitant ces paroles, j'examine plus attentivement le petit brin de femme qui vient de manifester un cran inhabituel : *Pas si timorée que ça !*
Pour le reste, je suis consterné par les développements de l'affaire : le meurtrier serait le bras vengeur de conspirateurs politiques combattant les héritiers de la Commune avec leur propre arme : l'anarchie. Mes plus profondes convictions sont ébranlées par cette éventualité : *Par quel vice peut-on trahir à ce point ses idéaux que sont l'ordre et la morale ?*.

****************************************************

Euphrasie Sauvignet : 

« Monsieur, je suis soucieuse de la sécurité de cette personne, je ne voudrais pas qu’il subisse ce que mon pauvre père à connu. Je tiens à lui venir en aide, et je pense que ma présence pourrait vous être utile. Après tout, il ne se fera peut être pas facilement convaincre par un agent de la sûreté du danger imminent…Mais rassurez vous, dans tous les cas, Dieu nous protègera, ne vous inquiétez pas pour moi. »

****************************************************

Marc Cassetani : 

"Mlle Sauvignet, je pense que si vous voulez vraiment nous aider il y a le journaliste de "L'Alerte" a interroger. En effet je pense que Mr Nouvet en tant que journaliste d'extreme gauche sera surement reconnu et méprisé par ce journaliste d'un autre bord. Mlle Sauvignet je suis sur que vous saurez aborder ce journaliste sans eveiller ses soupsons et il ne sera pas insensible a votre caractère."
Je regarde au niveau du bar pour appeler de la main le serveur.
"Ceci je vous le dit a tous soyons le plus discret possible nous ne connaissons pas encor l'ampleur et la dangerosité."

****************************************************

Meneur : Sauvignet insiste pour aller voir Dentin, Nicolas connait l'endroit et Gaston ne veut pas enquêter sur son confrère, ils décident donc d'aller finalement ensemble au Rat.

****************************************************

Marc Cassetani :

 Pour ma part je vais tenter la piste du traducteur.
 
« Mlle Messieurs, retrouvons nous ici le lendemain a la même heure. Cela vous va-t-il ? »

Publié dans JDR

Commenter cet article

sheol 23/02/2010 09:53


Toujours aussi agréable de lire ce CR :)


Heuhh 23/02/2010 14:16


Content! :)