Dominion, un jeu avec plein de cartes dedans.

Publié le par Heuhh

Article rédigé par Nins

Dominion est un jeu de cartes de Donald X. Vaccarino, édité par Filosofia. Conçu pour 2 à 4 joueurs pour des parties de 30 minutes, le jeu de base peut être complété avec une extension "Rivages", qui permet d’étendre le jeu à 5 ou 6 joueurs et d’apporter de nouvelles cartes, il existe aussi l'extension "Intrigues" qui peut être joué en Stand Alone.

Dans Dominion le but de chaque joueur est d’accumuler le plus de points de victoires (cartes Victoire), pour cela chacun doit se constituer un deck de cartes, à partir de la réserve de cartes communes. Les cartes sont de 3 types : cartes Victoire, cartes Trésor (la monnaie du jeu) et cartes Action. La réserve de cartes communes comporte toujours toutes les cartes Victoire et toutes les cartes Trésor, mais seulement 10 types de cartes Action (parmi les 25 existants). Le choix des 10 parmi les 25 peut être fait de façon aléatoire, ou après discussion entre les joueurs, ou encore en adoptant une des configurations proposées dans les règles du jeu.

Les joueurs reçoivent chacun un deck initial de 10 cartes : 7 Cuivre (la plus petite des cartes Trésor), et 3 Domaines (la plus petite des cartes Victoire). Chaque joueur mélange son deck, pioche 5 cartes et le jeu commence…

Le tour en AAA, une vraie pile électrique

Le tour de jeu se fait en 3 phases : Action, Achat, Ajustement.

Le joueur actif peut jouer une de ses cartes Action (s’il en a une dans sa main de 5 cartes, ce qui n’est évidemment pas le cas au premier tour), et accompli les effets correspondants (jouer une autre carte Action, bénéficier de réduction lors de l’Achat…)

Puis, il peut acheter une carte de la réserve, grâce à ses cartes Trésor. Le coût des cartes est variable, certaines sont gratuites (les cartes Cuivre), mais comptent quand même pour 1 achat. Les cartes achetées rejoignent la défausse personnelle du joueur, et resteront en sa possession jusqu’à la fin du jeu (y compris les cartes Trésor !).

Enfin, le joueur ajuste son jeu : il défausse toutes ses cartes dans sa défausse personnelle (celles de sa main, la ou les cartes Action jouées ainsi que les cartes Trésor dépensées), et pioche 5 nouvelles cartes de son deck, si son deck est épuisé, il mélange la défausse qui constitue son nouveau deck.

Ensuite c’est au joueur suivant de jouer. Le jeu s’arrête lorsque 3 tas de cartes de la réserve sont épuisés, ou lorsque toutes les cartes Victoire de plus forte valeur sont épuisées.

En bref…
Pour gagner il faut des cartes Victoire, qui ne sont d’aucune utilité pendant la partie (au contraire, elles « prennent de la place » dans la main plutôt réduite du joueur !), mais pour les acheter il faut des cartes Trésor qui ne servent à rien à la fin de la partie ! Chaque tour consiste donc à optimiser l’utilisation des cartes de sa main, tout en faisant des achats judicieux. La rapidité des parties et la multiplicité des choix incitent à renouveler l’expérience pour tenter de nouvelles stratégies, et également pour découvrir toute la richesse des 500 cartes proposées.

Les plus :
-       Une grande rejouabilité
-       Un jeu très fluide
-       Des parties rapides
-       Des règles simples

Les moins :
-       Le manque d’interactivité peut être ? (mais cela était peut être aussi lié au choix des cartes Action de la réserve puisqu’aucune n’avait d’effet sur le jeu de l’adversaire, ce qui n’est pas toujours le cas)

Bon jeu à tous!

Publié dans JDP

Commenter cet article