Final Frontier, Futurama chez John Doe

Publié le par Heuhh

Final Frontier (2006) est édité par John Doe, il a donc ce format si caractéristique. A l’instar de Notre Tombeau ou Patient 13, c’est un DOA. Il fait 128 pages en noir et blanc avec couverture souple.

Dans FF, vous trouverez deux petits tiers de contexte et de scénario / campagne, le reste étant consacré à la création de personnage et aux mécanismes. L’univers est très cohérent, on sent les divers films, séries, livres… autres qui ont inspirés les auteurs. Pour le scénario, c’est du classique, ça permet de tester une bonne partie des règles. La Campagne quand à elle n’est présentée que sous forme de 22 synopsis. Soyons honnêtes, si vous êtes fan de science fiction, vous allez facilement trouver de quoi remplir vos séances. On sent quand même que par ce coté là, c’est fait par des fans pour des fans, en restant à fond dans la parodie.

Pour ce qui concerne les mécanismes, ils sont vraiment très bien tournés à tel point que ceux qui ne veulent pas utiliser FF pour cause de « Science Fiction ne rime pas avec humour », ben vous aurez un très bon système pour gérer vos équipages spatiaux. A vous les livraisons intergalactiques à la Futurama.

Un des points importants de cette mécanique ce sont les dés d’équipage (un peu ce que l’on retrouve dans le DK system), qui permettront à un joueur de réussir des actions mais y'aura moins de dés pour les autres. Bien sûr l'autre point important est la gestion des combats spatiaux qui sont super bien rendus, en s'appuyant notamment sur une fiche relativement complète de vaisseau.

La création de personnage est un peu plus classique avec des races stéréotypées, la Nymphe hyper Sexy, la Barraque à tête de chien, le scientifique avec un gros crâne. Là on ne fait pas trop dans l’originalité mais dans l’efficacité, tout est là pour que les joueurs rentrent facilement dans la peau du personnage. Il a bien sûr aussi les « gimmicks » qui sont des sortent de dons, dont un sera directement lié au poste qu’occupe le personnage (Capitaine, Pilote, médecin…).

Le point fort de la création est le choix de l’intrigue secondaire, chaque joueur va devoir choisir un Soap Plot, qui sera un peu sa quête secondaire personnelle, elles seront un peu ce qui lancera les parties, ce qui comblera les intermèdes, ce qui fera que l'on avancera que de deux lignes sur le scénar du MJ. Ce qui donnera vie au jeu tout bêtement.

Bref, FF est un jeu parodique et donc rempli de clichés, malgré tout il est soutenu par un univers cohérent et une mécanique que l’on retrouvera sur de nombreuses tables de Science Fiction. Je le conseille à tous ceux qui se sentent attirés par ce principe, par contre, si vous n’y connaissez rien en SF, que vous ne voulez pas d’un univers parodique au possible ou que vous n’avez pas besoin d’un bon système pour gérer les combats spatiaux et votre équipage, passez votre chemin. De plus, le livre est servi par des illustrations au poil, qui sont au diapason du texte, dans la parodie.

Bon jeu à tous !

Publié dans JDR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article