Dorothy Payne - WarsaW

Publié le par Heuhh

L'univers de Warsaw le Jeu de Rôle (JDR) m'inspire pas mal (WarsaW chez John Doe ). En attendant d'avoir la bête entre les mains, je m’imagine un peu l’ambiance que je voudrais y mettre, des bouts d’histoires, des débuts de scénars

Donc voici, un bout de nouvelle.


Voilà presque une semaine qu’elle était là, six jours exactement dans cet enfer. Elle n’avait dormi que quelques heures depuis son arrivée, un sommeil agité, parsemé de cauchemars. Si par miracle elle s’en sortait, jamais personne ne la croirait. Elle avait vu durant ces quelques jours plus d’horreurs que dans n’importe quel conflit, des horreurs qui dépassaient même son imagination.


Elle se rappelait quand son rédacteur en chef l’avait appelé dans son bureau. « Dorothy Payne, tu es ma meilleure journaliste, je voudrais que tu te rendes à Warsaw pour raconter au monde entier ce qui s’y passe. » Un peu abrupt le chef, mais il lui avait fait miroiter les feux de la célébrité. De plus, il avait pu entrer en contact avec un groupe sur le terrain, qui luttait pour sa survie entre les deux camps, les Vityaz. Un homme allait lui servir de guide sur place Yuri Aleksandrov ancien officier russe. Le deal était d’y aller, prendre des photos et après trois jours sur place, elle aurait du rentrer à la maison saine et sauve. Bien que pour le coté sain, elle en doutait vu ce dont elle avait été témoin.


Malheureusement, ils avaient raté le rendez vous, les allemands était tombé sur la base des Vitiaz et avait rasé celle-ci. Ils étaient donc coupés de tout moyen de communication avec l’extérieur. Heureusement, Yuri Aleskandrov connaissait d’autres personnes susceptibles de les aider, un groupe peut recommandable qui arrivait à importer des marchandises très rares. C’est pour cela qu’il l’avait amené dans ce faubourg de Warsaw, afin de trouver un indic pour rentrer dans l’organisation. Voilà trois jours qu’ils cherchaient en vain, ils avaient pu se réfugier dans un immeuble laissé à l’abandon, heureusement la zone était très faiblement peuplée ce qui évitait les rencontres désagréables.

Ce matin là, elle se leva après quatre heures de sommeil, Yuri Aleskandrov était debout finissant son tour de garde. Elle vérifia son équipement, s’il y avait une chose pour laquelle rester en vie valait la peine, c’était assurément ses pellicules photos ainsi que ses notes manuscrites. Au loin, quelques tirs esseulés la firent sursauter, au bout de six jours elle ne s’y était pas encore faite, elle voulait retrouver son monde à elle qui n’était pas fait que d’atrocités.

Yuri Aleskandrov n’était pas très loquace, la barrière de la langue y était pour beaucoup. Ils avaient quand même pu discuter un moment, ce qui avait donné l’opportunité à Dorothy Payne d’en apprendre plus sur sa vie, son engagement « volontaire » dans l’armée ainsi que sa désertion bien plus volontaire elle. Il lui avait raconté les carnages, les créatures presqu’humaines et la vie qui tentait de continuer. Elle ne l’avait pas cru jusqu’à ce qu’il lui montre, et même encore elle espérait se réveiller et sortir de cet affreux cauchemar.

Ils allaient tenter de fouiller une autre zone un peu plus habitée, Yuri sorti prudemment de leur cachette. Elle allait le suivre quand une violente détonation se fit entendre, du sang mêlé à de la cervelle éclaboussa Dorothy, il s’effondra sur elle un trou dans la tête. Il lui avait bien dit que des snipers s’amusaient à descendre tout ce qui passait dans leur champ de vision, elle en avait maintenant la preuve.

Aussitôt plusieurs questions l’assaillirent. Comment allait-elle s’en sortir sans guide ? Que pouvait-elle faire toute seule ? Le sniper l’avait-il vu ?

Elle décida de ramper vers une autre sortie où elle serait à l’abri du tireur, ses jambes était en coton, ses mains tremblaient, une sueur froide lui courait dans le dos, la panique commençait à étendre son emprise. Elle traversa le hall, s’engagea dans le couloir d’en face, avec un peu de chance un trou d’artillerie lui offrirait une autre sortie.

Tout d’un coup, une autre détonation se fit entendre derrière elle, quelques instants après, des coups de feu, puis le silence. Elle accéléra le mouvement, tentant de combattre l’inertie de son corps qui était prêt à la lâcher à tout instants. Soudain, un homme se tint debout devant elle. Il aboya quelque chose. Du russe apparemment ! Deux mains puissantes se saisirent d’elle la mettant debout d’un bon.

« Américaine ! » lança-t-elle désespérément.

Publié dans JDR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wyatt Scurlock - J. Heylbroeck 16/04/2009 15:47

Salut !
Dis donc, je trouve la nouvelle excellente, à mon avis tu as parfaitement saisi l'ambiance que je souhaite retranscrire. J'ai beaucoup aimé.
Bravo et merci encore pour cette démarche, c'est très encourageant. J'espère que le jeu sera à la hauteur de tes attentes en tout cas.

Heuhh 16/04/2009 16:06


Merci pour le commentaire. Ca me rassure car j'avais peur de ne pas être dans le ton. J'essaierais d'en poster d'autres plus travaillées, je te tiendrais au jus.

En tout cas, j'attend le jeu impatiemment. Et merdoum pour la sortie.