Compte rendu d'une joueuse à Notre Tombeau

Publié le par Nins

Pour compléter le compte rendu de notre MJ (voir ici Compte rendu de Partie : Notre Tombeau (1/2) ), voici une autre vision, celle des joueurs (attention c'est que du spoil!!!).

Avant la campagne certains d'entre nous ont eu le pitch du scénar. Des tortures, des mutilations, un tueur psychopate et des égouts, hum, moi qui adore le comptemporain, ça devrait me plaire, mais là ça s'annonce quand même très glauque...

Nous avons joué en 2 parties, mais vous savez déjà tout si vous avez lu les 2 précédents post, donc je vais essayer de faire court.

Les débuts assez chaotiques nous ont tous surpris, on ne s'attendait pas à tant de violence, mais au final notre MJ nous permet de parler sans forcément jouer à fond le role play de la langue tranchée, OUF ! Ca nous évitera de longs mimes fastidieux. Ca reste un détail qu'on prend en compte quand on rencontre d'autres personnages (pas facile de lancer "arrêter vous ou on tire" quand on ne peut pas parler...), ça participe grandement à l'ambiance pesante et tendue du scénar, et mine de rien, quand 6 persos qui ne se connaissent pas se retrouvent dans la même galère, ça créé des liens très plausible !

Après l'intro, nous nous retrouvons vite sur un tas de cadavres, là y pas trop à réfléchir...on fuit ! Enfin pas tous, certains à tendance psychopate commencent à fouiller des cadavres, impensable pour mon perso, pro de la mise en pli et des décolorations. En tout cas, comme dit plus haut des liens se créé et le groupe va facilement dans la même direction sans se perdre dans de longs débats.

Rapidement nous faisons une première rencontre, mais la seul chose qu'elle nous apprendra, est que parmi nous se cache en fait un malade, qui torture nos prisoniers au lieu de chercher à fuir, mais qui à priori ne fait pas partie des criminels décrits dans les coupures de journaux. Le seul point négatif de ce PJ est qu'il a ajouté encore plus de tensions là où il y en avait déjà naturellement beaucoup, mais bon ça restait jouable.

Ensuite nous avons essayé de sauver une malheureuse victime du scalpel, son sursis aura été bref, mais...c'est l'intention qui compte ! "Sauve qui peut" restera quand même le leitmotiv de chacun. Notre fuite éperdue se poursuit (avec un minimum de logique : on prend toujours tout droit, on essaye de repérer les passages qui remontent, on fuit la puanteur ambiante...bref tous nos sens sont en alerte).

Puis nous avons rencontré un couple qui cherchait soi disant son fils, tout en restant méfiant nous les avons suivis, et c'est là que nous avons découvert qu'une espèce de monstrueuse bête vivait là...une raison supplémentaire de fuir au plus vite ce lieu ! Quelques vivres et une carte (indéchiffrable) récupérés sur le couple ont amélioré notre périple.

Après quelques détours, une autre frayeur nous attendait : un face à face avec le tueur. Heureusement, cela nous a permis de trouver une bonne carte des lieux, mettant ainsi fin à une fuite cahotique dans un dédale de couloirs.

Malheureusement, aucun indice sur la carte ne nous permettait de privilégier une direction plutôt qu'une autre, la seule indication étant visiblement l'emplacement d'un campement. Nous avons également trouvé un camescope, celui du tueur, qui a filmé le campement des amis du couple rencontré auparavant (et qui a essayé de nous tuer). Sur la video on voyait plusieurs personnes, pendant tout le reste du scénar nous avons gardé en tête qu'une vingtaine de personnes se cachaient là (pourquoi 20 ? En fait on ne sait plus, ils n'étaient peut être que 6 ou 7 finalement...). Nous avons tout de suite fait le lien avec le campement indiqué sur la carte, et cela nous semblait très plausible que le tueur marque très clairement un campement de cette taille, pour pouvoir l'éviter aisément, en effet, même si ce tueur au profil de boucher ne devait pas craindre grand chose, un campement de 20 personnes pouvait l'inquiéter. Dernier indice : un talkie walkie des campeurs, grâce auquel nous avons appris que ces étrangers cherchaient 3 clés et pensaient que nous en possédions au moins une. Ils n'avaient pas tord, nous venions justement d'en récupérer une.

Notre fuite hasardeuse commençait donc à s'organiser : 1er objectif : sortir à tout prix de ce trou, si possible en évitant le campement (nous n'étions pas de taille !), et en récupérant si possible les 3 clés, qui menaient sans doute à la sortie. Par chance nous avons récupéré une 2ème clé rapidement, et nos pas nous amenèrent dans des souterrains marqués d'un serpent. Devant la longueur du chemin (hum, le MJ essaye-t-il de nous dissuader de s'enfoncer vers ces souterrains ?), et puisque celui ci s'enfonçait de plus en plus, nous avons fait demi tour (petit débat et début des mésentente du groupe sur la direction à suivre).


Puis, vu qu'aucune indication de la carte nous permettait de trouver le début d'un commencement d'un petit bout de sortie, nous avons décidé d'aller observer le campement. Là nous avons vite découvert que d'autres survivants existaient, des enfants ! Malheureusement beaucoup d'entre nous étaient devenus très égoistes (après 5 jours à errer sous terre sans manger ni boire ni dormir, mutilés, torturés...) et l'un de nous à pété un plomb et a condamné les enfants à mourir de faim. Un ultime message du talkie nous a appris que les autres campeurs nous recherchaient, et se rendaient au temple, nous sommes donc repartis dans les souterrains au serpent, en espérant trouver une solution. Arrivés devant ce temple, nous avons découvert le coffre aux 3 serrures. Persuadés que la grosse bestiole sortirait si les 3 clés étaient réunis, nous nous sommes planqués, en espérant ne pas être découverts par les campeurs. Puis tout s'est enchainé, et au final, après avoir tenté de jeté la clé au fond d'un lac (pour que le coffre ne soit surtout jamais ouvert !!!!), nous avons presque tous péris.

Au final très bon scénar niveau ambiance, quelques bémols sur l'intrigue. Cela nous semblait évident qu'un passage devait exister pour sortir (le tueur au scalpel en connaissait un, les personnes que nous avons rencontré venaient elles aussi de la surface). Au début nous pensions que les clés servaient à ça, mais en nous enfonçant sous terre nous avons plutôt pensé qu'elles avaient une autre utilité, et qu'il nous fallait empêcher qu'elles soient utilisées...Puis la tension créée par plusieurs jours d'errance a amené pas mal de conflits dans le groupe. Bref, pas déçus de la fin même si beaucoup sont morts (ma coiffeuse a préféré se jeter au fond du lac à défaut de trouver une solution pour sortir...), mais un peu frustré de ne pas avoir saisi un peu plus l'intrigue et l'histoire qui entourait les lieux.

Publié dans JDR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article